J'y travaille

NaNoWriMo 2022, ou Comment remonter en selle

Voilà, je suis de retour sur ce blog, après une longue absence. Mon dernier article remonte à septembre de l’année dernière, arg !
Pour ce premier article depuis longtemps, je vous donne quelques nouvelles de mes projets, et mes blocages, et de ce que je compte faire ce mois-ci… Ce sera une grande surprise : NaNoWriMo !
 
 
Nanowrimo 2022

T’es pas là mais t’es où ?

En 2021, j’ai fait une pause par rapport à l’écriture, une pause tout court. J’ai pris cette année-là pour ma santé mentale et ce n’est pas quelque chose que je regrette. Je ne crois pas que j’aurai pu faire autrement. J’espère ne pas avoir l’air trop « dramatique » en disant cela, mais je n’avais simplement pas la tête à cela. Je n’ai pas spécialement envie de raconter ma vie ici, donc vous attendrez la sortie de mon autobiographie pour avoir les détails, comme tout le monde ! (c’est une blague hein^^)
L’année 2022 a été différente. En 2022, j’ai repris pied et retrouvé assez de bande passante pour des activités créatives. J’ai recommencé à écrire en début d’année, et ça a été une sorte de soulagement, une preuve que j’avais réussi à passer une étape difficile pour moi. Un signe de bonne santé en quelque sorte.
Malgré tout, ça a été une reprise lente et prudente. On ne court pas le marathon quand on vient de finir sa rééducation… J’ai commencé plusieurs articles de blog, dont un qui me tient à cœur puisque je l’ai repris plusieurs fois, mais que je n’ai jamais réussi à terminer (pour le moment !). J’ai pensé à plusieurs autres sujets sans sauter le pas.
Côté romans, j’ai repris les corrections de Rêveuse, et j’ai progressé lentement, péniblement. J’ai écrit une nouvelle pour l’anniversaire de mon compagnon, et je l’ai terminée avec un mois de retard.
En bref , j’ai repris l’écriture et j’en suis heureuse, mais je suis loin d’avoir retrouvé la fluidité ou la régularité que j’ai pu avoir avant 2020.

Auto-censure

Pour la fluidité, je crois que mon auto-critique prend maintenant trop de place dans mon raisonnement, et m’empêche de jeter les mots sur le papier (ou plutôt sur le clavier) comme je le faisais avant. C’est un problème assez courant chez les auteurices, semble-t-il, mais auquel je n’avais pas tellement été confrontée jusque-là. D’ailleurs, une de mes meilleures séances d’écriture cette année a eu lieu pendant ma première nuit de covid, alors que j’avais beaucoup de fièvre. Ce n’est pas un hasard, il me semble, la fièvre a simplement levé certaines barrières. Maintenant, il va falloir que je trouve une solution à ce problème, si possible qui n’implique pas de m’exposer à un virus mortel…
L’auto-critique est un problème courant, mais dans mon cas, sa soudaine virulence provient sûrement du fait que j’ai progressé au cours des dernières années. En soi, c’est une bonne chose, mais je suis maintenant consciente de trop de paramètres, trop de leviers pour améliorer mon écriture, des leviers que je ne suis pas encore capable de manier tous à la fois sans y réfléchir. Je n’ai pas le niveau pour atteindre mes nouveaux critères de qualité, et ça me bloque. C’est la version abrégée de ma réflexion sur la question, la version longue me donnera surement un article un peu plus tard…

Au boulot, feignasse

En ce qui concerne la régularité, j’ai été plutôt indulgente envers moi-même et c’était nécessaire pendant un certain temps, mais je pense que cette période est passée. J’ai envie de faire quelque chose de plus productif de mes soirées que de re-regarder toutes les saisons de Castle sur Disney+ en alignant des formes géométriques sur ma tablette. Aussi confortable que cela puisse être, ce n’est plus suffisant, et c’est même frustrant pour moi à présent.  Et pour retrouver un semblant de discipline, j’ai une solution toute trouvée : NaNoWriMo !
J’ai déjà écrit un certain nombre d’articles sur Nano : en particulier mon favori qui explique comment réussir NaNo à tous les coups (spoiler : cela n’implique pas forcément d’écrire 50 000 mots). J’ai participé tous les ans entre 2015 et 2019, souvent en tant que « rebelle », c’est à dire que mon objectif n’est pas toujours d’écrire les fameux 50 000 mots en un mois (même si je l’ai atteint 2 fois). J’adore Nanowrimo, parce que c’est pour moi l’occasion de me fixer des objectifs (toujours réalistes ! sinon ça ne sert à rien), d’avancer dans mes projets, dans une ambiance motivante et sympathique.
Cette année, je vais essayer d’écrire une heure par jour, quelque soit le projet. Cet article de blog par exemple, compte pour ma toute première heure d’écriture du mois (et en fait la deuxième et peut-être la troisième vu comme je suis partie). J’aimerais avancer sur Rêveuse, mais je ne me ferme pas la porte à travailler sur des articles, peut-être des formats courts, on verra (ça fait un moment que je pense à réécrire des haikus). D’ailleurs, je compterai comme « écriture » aussi tout ce qui entoure le fait de mettre des mots sur une feuille. Une fois fini cet article, j’aurai sûrement du travail de relecture, brainstorming et remise en ordre de mes notes sur Rêveuse, à laquelle je n’ai pas touché depuis plusieurs mois.
Mon objectif principal pour ce mois de novembre, c’est surtout de me replonger dans l’écriture et de retrouver à la fois un peu de discipline et de motivation, et de dépasser mon syndrome de l’imposteur/auto-censure.
Si j’ai réussi à poster cet article, le premier depuis un an il me semble, c’est qu’une partie de cet objectif est déjà rempli !
 

 
Et vous, est-ce que vous participez à Nanowrimo cette année ? En tant que « rebelle » ou en bon élève ? Est-ce que vous avez des objectifs autres que les 50 000 mots ?
Au passage, j’en profite pour m’excuser auprès de toutes celles et ceux qui auraient pu laisser des commentaires sur ce blog, m’écrire sur les réseaux sociaux ou sur mon adresse mail, etc, je me suis complètement déconnectée sur les deux dernières années, je n’ai même pas consulté l’adresse mail de ce blog. J’ai notamment plusieurs commentaires en attente que je n’ai jamais validés, je vais essayer de m’en charger dès que j’aurai posté cet article.
Promis je ferai de mon mieux !

2 réflexions au sujet de “NaNoWriMo 2022, ou Comment remonter en selle”

  1. Oooh mais comment ça m’a fait trop plaisir de recevoir ta notification ! Je commençais à m’inquiéter un peu pour toi.
    Je suis contente de voir que tu vas mieux en tout cas et je te souhaite une très bonne reprise de l’écriture en douceur 🙂

  2. Pour être honnête, ça fait 3 ans que j’essaie de faire Nanowrimo et 3 ans que je n’atteins pas les objectifs donnés… Donc on va dire que je suis plutôt une rebelle, avec un cruel manque de discipline qui fait que je peux écrire 6h un jour et rien pendant 2 semaines… Mais Nanowrimo permet tout de même un petit coup aux f*** non négligeable pour avancer, quels que soient les projets ! Bon Nano à toi, Sabrina.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.