Je progresse

Pourquoi utiliser une mind map pour développer son idée de roman ?

Ce mois-ci, je participe au Camp NaNoWriMo de juillet. Je me suis fixé un objectif de 30 heures de travail, 30 heures que je compte utiliser pour écrire des articles pour ce blog, mais aussi pour avancer la préparation de mon prochain roman.

Plus précisément, je compte expérimenter différentes techniques et en partager les résultats sur ce blog… Cette semaine, j’ai testé les mind maps !

Qu’est-ce qu’une mind map ?

Encore un mot anglais ! En français, on appelle les mind maps « cartes mentales » ou « cartes heuristiques ».

La carte mentale est un moyen simple et visuel de prendre des notes, d’organiser ou de brainstormer.

Il suffit d’une feuille et d’un stylo (mais il existe des tonnes de logiciels si vous préférez). On écrit le sujet ou l’idée principale au centre de la feuille, et le reste des idées sont organisées en arbre autour de ce noyau, avec un mot ou un concept à chaque nœud de l’arbre. Cet arbre peut être agrémenté en utilisant différentes couleurs, des dessins, des symboles, etc….

Mind map
La mind map de mon projet professionnel… Je suis une grande artiste !

En bonus, voici une petite liste de logiciels spécialisés pour ceux qui préfèrent le numérique, et quelques exemples un peu plus artistiques de cartes mentales…

Quels sont les avantages d’une mind map par rapport à une prise de note classique ?

C’est bien mignon cette histoire de carte mentale, mais pourquoi s’embêterait-on à tracer des traits quand on peut simplement faire des phrases comme on l’a fait depuis la nuit des temps* ?

  • Parce que c’est joli !

Enfin, tant que ce n’est pas moi qui la crée… Certaines mind maps sont de vraies œuvres d’art, et c’est vachement plus sympa à regarder qu’un vieux doc Word avec des bouts de phrase en vrac.

  • Parce que c’est visuel

Certaines personnes ont une mémoire visuelle, les mind maps seront bien sûr utiles pour ces personnes-là. En dehors de ça, on peut voir clairement l’ensemble des idées d’un seul coup d’oeil, ce qui est difficile à faire avec seulement des notes à la suite les unes des autres

  • Parce que c’est ludique

Soyons franc, faire une mind map en réunion, c’est une super excuse pour gribouiller… C’est un processus qui peut-être très amusant, surtout si on commence à ajouter des couleurs, à illustrer, etc. C’est aussi une excellente façon de booster sa créativité.

  • Parce que c’est pratique

Pour moi, le vrai avantage de la carte heuristique, c’est le fait de pouvoir organiser et hiérarchiser ses idées. La configuration en branche de la carte permet de relier les idées entre elles, mais il est totalement possible de rajouter des flèches ou des symboles pour combiner ou opposer des idées. Et contrairement à une prise de note classique, les relations entre les idées sont immédiatement visibles et peuvent être plus complexes. La prise de notes une ligne à la suite de l’autre, a lieu en quelque sorte sur une seule dimension, et encourage un raisonnement chronologique ou linéaire (A entraine B qui entraine C ou A puis B puis C, etc), alors que la mind map se fait en 2 dimensions et permet de multiplier les relations facilement.

C’est particulièrement utile pour traiter d’un sujet qui a de nombreuses dimensions différentes qui peuvent influer les unes sur les autres.

Quel est le rapport avec l’écriture ?

Je sais, vous me lisez probablement parce que vous écrivez un roman, pas parce que vous voulez améliorer l’efficacité de votre prise de notes en réunion…

Le mind mapping est également un outil de brainstorming. Le format permet de multiplier les branches, donc les idées, et de suivre chacune de ces idées aussi loin que possible : l’organisation en branches permet de faire surgir X nouvelles idées de chaque concept. Le fait de rajouter des flèches et autres liaisons permet de les combiner facilement.  Le côté artistique peut bien sûr inspirer ceux qui contrairement à moi sont capables d’utiliser plus d’une couleur à la fois…

Les cartes heuristiques sont donc un excellent moyen de faire travailler sa créativité, de résoudre des problèmes et de générer des idées neuves.

C’est d’ailleurs dans le cadre d’un cours sur la créativité en recherche scientifique que le concept de mind mapping m’a été présenté pour la première fois. L’intervenant nous avait poussé à faire une carte de nos goûts et de nos capacités pour réfléchir à notre projet professionnel. Ce qui a donné la superbe œuvre ci-dessus.

L’idée était de mettre sur papier tous les éléments qui nous caractérisaient et d’essayer de les relier, de les combiner, de repérer des tendances pour en tirer des idées nouvelles. Cela avait effectivement été mon cas : j’avais opposé mon côté littéraire et créatif, à mon côté curieux et scientifique et j’en avais tiré l’idée de me lancer dans le domaine de la vulgarisation scientifique. En pratique, c’était une voie trop fermée et je travaille finalement dans l’informatique, un domaine qui me convient très bien puisqu’il consiste à « traduire » le besoin d’un utilisateur en solution technique. Il n’en reste pas moins que pendant cette séance de mind mapping, j’avais effectivement réussi à sortir une idée neuve et intéressante de mes gribouillages.

Mon expérience

Comme vous le savez peut-être, j’attends actuellement les retours de mes bêta-lecteurs sur mon premier roman, et je réfléchis au suivant, que je compte commencer à écrire pour NaNoWriMo cette année. Je n’ai absolument pas planifié mon premier roman, et il m’a fallu beaucoup de temps pour l’écrire, et énormément de travail pour le réécrire.

Cette fois, j’aimerais avoir un minimum de plan avant de commencer à écrire, pour voir une bonne fois pour toute si je suis plutôt « planner » ou plutôt « pantser ». Mon problème, c’est que je suis habituée à attendre que les idées me viennent organiquement pendant l’écriture, et pour l’instant je ne suis pas très avancée. Ma principale technique de travail pour l’e moment a été de réfléchir sous la douche…

Comme j’avais apprécié ma première expérience de mind mapping il y a quelques années, je me suis dit que c’était l’occasion de tester cette méthode pour planifier mon roman. Cette semaine, je me suis donc bougé les fesses et j’ai utilisé le mind mapping pour brainstormer plusieurs concepts pour mon futur roman…

Mind map de mon roman
Brainstorming sur les rêves

Conclusion ?

Je n’ai malheureusement pas eu d’idée révolutionnaire, j’ai surtout joué avec celles que j’avais déjà. C’est un peu décevant sur ce point. Par contre, ça m’a permis d’organiser un fatras de notes inutilisables et surtout de prendre quelques décisions. Pour l’instant mon idée principale était une héroïne dont les pouvoirs seraient basés sur les rêves (mon premier roman étant du policier relativement classique, j’ai envie de m’essayer à la fantasy cette fois). J’ai donc brainstormé sur ce concept, et « décidé » que dans mon univers, tous les capacités « magiques » seraient basées sur les rêves, avec 4 capacités principales. J’ai également créé une mind map sur l’idée d’une société nomade… pour décider que finalement cette idée risquait de clasher avec d’autres éléments que je souhaite avoir dans mon histoire. Mon héroïne ne sera probablement pas sédentaire, mais toute sa société ne sera pas nomade.

En tout cas, c’est la direction que je prends pour le moment.

Mes mind maps ne sont pas des œuvres d’arts, mais elles m’ont tout de même beaucoup aidé à organiser mes idées, et ce sera je pense de bons outils de référence pour la suite, je ne regrette donc pas du tout cette expérience ! Je vais probablement recommencer et compléter celles que j’ai déjà.

Et vous, vous êtes fans de cartes heuristiques ? Vous avez de supers exemples à nous montrer ? Poster les liens dans les commentaires !

2 réflexions au sujet de “Pourquoi utiliser une mind map pour développer son idée de roman ?”

  1. Merci pour les logiciels, j’en cherchais depuis un moment, je vais y jeter un oeil 🙂 J’avais tenté une fois d’utiliser une mind map pour l’un de mes romans dont je voulais reprendre l’intrigue. Comme toi, ça n’avait rien donné de révolutionnaire mais tout de même quelques idées intéressantes. Il faudrait que je m’y replonge un jour … En revanche la feuille devenait vite trop petite, j’étais frustrée !

    1. J’écris souvent beaucoup trop petit, il me faut un peu de temps pour remplir des feuilles^^. Je pense que les logiciels ne sont pas forcément limités à ce niveau (mais il reste quand même la contrainte de ce qu’on peut regarder d’un seul coup d’œil).
      Les mind maps, ça doit aussi être une question d’habitude d’utilisation, surtout pour l’aspect prise de notes (je n’ai encore jamais testé en réunion). Je ne pense pas que ce soit un outil « magique », mais au moins ça m’a amusée^^. Et le côté hiérarchisation des idées est vraiment intéressant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.