J'y travaille

Journal NaNoWriMo 2018 : Bilan jour 4

Me voilà, revenue de vacances, en pleine forme pour écrire (si on ignore la fatigue, le décalage horaire, tout ça, tout ça^^).

Et comme promis, je reviens avec un petit journal de bord de mon expérience de NaNoWriMo (et si vous êtes sages, en bonus quelques photos de mes vacances en Chine, parce que c’était quand même vachement beau…)

NaNoWriMo 2018

La préparation

Cette année, pour la première fois, je participe à NaNoWriMo en suivant toutes les règles : je commence un tout nouveau roman au 1er novembre, avec le but d’en écrire 50 000 mots à la fin du mois…

J’avais commencé mon premier roman dans l’improvisation la plus totale, cette fois, j’avais envie de jouer les Architectes et d’attaquer NaNo avec un plan détaillé, des fiches de personnages et peut-être même une Bible.

Le problème c’est que je n’ai pas l’habitude de planifier, et j’ai surtout l’habitude de tirer mes idées dans l’inspiration du moment et pas de les générer à la demande. Je trouve aussi plus facile de se forcer à écrire que de se forcer à s’assoir pour « avoir des idées ». J’ai un peu trop trainé pour commencer ce processus, j’ai essayé quelques méthodes de brainstorming amusantes mais pas forcément les plus efficaces pour moi. Et je suis partie en vacances deux semaines.

Résultat : je n’ai pas atteint mes objectifs de planification…

J’ai une bonne idée de mon monde, de manière globale, mais je n’ai pas posé les détails. Typiquement, je n’ai nommé aucune des substances qui boostent ou inhibent mon système de magie, ni la monnaie, ni une foule d’autres choses…

Au niveau des personnages, j’en avais nommé et décrit… deux. L’héroïne et son love interest. Et encore, c’est très vague, au moins j’ai une idée de leurs motivations. Je sors tous les autres personnages de mon chapeau, avec au mieux une vague idée de leur fonction (mention spéciale pour « Antagoniste 1 » et « Antagoniste 2″…).

Pour l’intrigue, j’ai noté une quinzaine de scènes à écrire, mais ces scènes sont identifiées plus par leur fonction que par le véritable contenu. Par exemple, le typique « moment où tout est perdu » a sa fiche dans Scrivener, mais contient trois idées différentes de ce qui pourrait s’y passer. J’ai aussi une liste de péripéties possibles non reliées à l’arc narratif principal et d’idées à caser ici ou là, mais sans que ce soit fixé. Il m’aurait fallu quelques jours de plus avant le début de NaNoWriMo pour avoir un plan un peu plus convaincant. Un plan tout court^^

Les 4 premiers jours 

Décompte le 04/11 au soir : 12 339 mots.

Au 4 au soir, j’ai plus de 3 jours d’avance sur mon objectif.

Pour rappel, il faut écrire en moyenne 1667 mots par jour. La cible du 04/11 était de 6667 mots, j’ai presque écrit le double ! Super non ?

En fait pas tant que ça. Comme j’étais en congé la semaine dernière, j’ai eu le temps d’écrire beaucoup. Entre 5 et 6 heures par jour les trois premiers jours (le quatrième, j’étais de réunion familiale, je suis rentrée tard avec un mal de tête carabiné et j’ai écrit 259 misérables mots…).

Malheureusement, j’estimais mon rythme d’écriture aux environs de 800 mots par heure et je n’ai tenu ce rythme que le premier jour. Ensuite je suis tombée plusieurs fois aux alentours des 500 mots de l’heure.

Sauf que j’ai repris le travail ce lundi, et autant je peux me permettre 2 à 3 heures d’écriture tous les soirs, autant si je dois passer au dessus des quatre (pour tenir compte des jours où je ne pourrais pas écrire), ça risque d’être compliqué.

Surtout que contrairement à beaucoup de nanoteurs, je suis incapable d’écrire vite pendant 15 minutes. Je n’atteins mon rythme de croisière que sur des plages de deux ou trois heures successives. Donc pas moyen d’augmenter mon compte vite fait à la pause café…

Je pense que ce ralentissement est en partie dû au fait que je ne sais pas suffisamment ce que je dois écrire. Tant que je réfléchis à ce qui doit se passer, je n’écris pas.

Mon plan d’action

Par contre, je vais avoir un « avantage » à partir d’aujourd’hui : plus d’une heure et demie de transports en commun tous les jours. Je me suis promis de ne pas lire dans le RER pendant le mois de novembre, et il se trouve que mon cerveau fourmille subitement d’idées quand il n’a pas de source de divertissement (raison pour laquelle j’avais toujours l’impression de mieux écrire en cours…^^).

J’ai appliqué cette méthode ce matin, et ça m’a permis de clarifier un peu mes prochaines scènes. J’espère que ça m’aidera à éclaircir mon plan au fur et à mesure, et à augmenter mon rythme d’écriture…

Je crois les doigts !

Bonus 1 : astuce de pantser

Comme je le disais, je n’ai pas trop préparé mes personnages à l’avance… Genre pas du tout. Je suis aussi assez nulle pour trouver des noms, surtout à la volée. Du coup je me suis sorti une petite liste de prénoms indiens (j’ai choisi l’hindi comme inspiration pour le langage spécifique du peuple de mon héroïne). Donc quand j’ai besoin d’un personnage, je choisi un nom, je le modifie un peu pour qu’il me plaise et voilà !

Ça marche plutôt bien pour le moment.

Bonus 2 : de jolies photos

Alors, oui, j’ai envie de vous partager mes photos de vacances (vous avez été sages non ?). Mais comme mon voyage est déjà en train de me servir d’inspiration pour mon roman, ce n’est pas complètement hors sujet…

Shanghai, le Bund vu de nuit
Shanghai, le Bund by night
Cheminée du jardin du mandarin Yu
Une cheminée trop mimi dans le jardin du mandarin Yu à Shanghai
Façade éclairée de Chagsha
Les façades éclairées de Changsha
A la Source des Fleurs de Pêchers
A la Source des Fleurs de Pêchers…

Et vous, vous participez à NaNo ? Vous progressez bien ? En ce moment si vous avez envie de discutez, vous avez des chances de me trouver sur le serveur français de NaNoWriMo sur Discord… 

Écrivez bien (que vous participiez ou non à Nano, pas de sectarisme) !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.