J'ai lu/j'ai vu

Micro-critiques : été 2020

J’ai eu la chance de lire quelques romans vraiment très sympas cet été, et j’ai envie de les partager avec vous. Voici donc 4 « micro-critiques », qui reprennent le format que j’utilise sur Instagram. J’espère que le doublon ne vous dérangera pas si vous me suivez déjà sur Insta, en tout cas j’aime bien l’idée de faire un récapitulatif de ce que je lis, avec un format plutôt court. J’espère que ça vous plaira, et vous inspirera dans vos lectures…

L’aube des spectres

Un roman urban fantasy de Jim Butcher, 3éme tome de la série Les Dossiers Dresden
 

L’histoire

Dans la vie, Harry Dresden est à la fois détective privé, magicien et sans le sou. Il survit principalement en étant consultant de la police de Chicago sur toutes les affaires avec un petit goût de surnaturel, chaque nouvelle affaire étant un des « dossier Dresden ». Dans l’Aube des Spectres, Dresden se retrouve dans une position difficile quand les fantômes deviennent plus puissants et agressifs qu’à leur habitude et attaquent son entourage tandis qu’il est invité à un gala de vampires qui ressemble un peu trop à une embuscade…

Mon avis

Je suis assez partagée sur la série, dont j’ai lu pour l’instant les 3 premiersL'Aube des spectres, de Jim Butcher tomes. L’univers est intéressant et les intrigues plutôt efficaces, mais chaque livre m’a donné le sentiment de sonner creux sans que j’arrive trop à savoir pourquoi : pas assez de profondeur de personnages ou peut-être un style trop lapidaire. Je vais être obligée d’en lire plus pour mettre le doigt sur le problème^^. A part ça, Les Dossiers Dresden ont un problème de sexisme assez bizarre. Contrairement à beaucoup de ses collègues, Butcher n’est pas avare de personnages féminins, y compris des personnages féminins compétents comme le Lieutenant Murphy, que Dresden ne peut s’empêcher de protéger même si « elle lui casserait la figure si elle savait ». D’un autre côté, et c’était atrocement évident dans ce tome, tous les personnages féminins sont ultra sexy et souvent ultra sexualisés. L’aube des spectres contient au moins QUATRE personnages féminins qui essaient d’utiliser leur sexualité pour obtenir quelque chose du héros (sans compter sa petite amie). Plus une dernière que son amant offre en récompense à Dresden. Yep… Le pire c’est que Butcher doit se douter du problème puisque son personnage refuse les avances à chaque fois (souvent à cause de sa « chevalerie »). Mais ça ne l’empêche pas de baver… J’avais déjà remarqué le côté « chevaleresque » un peu déplacé dans les premiers tomes de la série, mais dans celui-ci je suis vraiment restée sur le cul de trouver 6 personnages féminins différents qui se conduisent de manière ouvertement sexuelle envers le héros. Pour un bouquin qui fait 360 pages, ça fait tout de même beaucoup…
 

This is how you lose the time war

Un roman épistolaire de science-fiction, par Amal el-Mohtar et Max Gladstone
 

L’histoire

Red et Blue combattent pour des camps opposés de la Guerre du Temps, essayant chacune de modifier l’histoire de multiples univers pour prendre le contrôle sur leur futur. Un jour, Blue laisse une lettre pour Red sur un des champs de bataille où elles se croisent. C’est le début d’une correspondance qui devient de plus en plus intense, dans les cercles d’un arbre, dans des baies empoisonnées ou la chair d’un phoque, une correspondance qui va mettre leur positions d’agents ennemies en péril.
 

Mon avis

This is how you lose the time warWaow. Un des livres les plus intéressants et inattendus que j’aie lus depuis un moment. La structure du roman aurait pu être répétitive : une des deux héroïnes arrive sur un lieu, trouve une lettre, la lit, et on passe au chapitre suivant, un roman presque épistolaire mais pas tout à fait. Et pourtant, je ne me suis pas ennuyée un instant, et l’écriture est incroyablement poétique. Malheureusement je n’ai pas l’impression que le livre ait été publié en français pour le moment, mais c’était vraiment une super lecture. Je le recommande chaudement si le concept de « science-fiction épistolaire poétique » vous parait un tant soit peu intéressant, et que vous avez la possibilité de lire en anglais.
 

My Lovely Wife

Un thriller de Samantha Downing
 

L’histoire

C’est un couple tout à fait charmant qu’on suit dans My lovely wife. Un couple tout droit sorti d’une banlieue américaine aisée (comme dans… beaucoup trop de livres et films en fait^^), mais avec une petite particularité. Le héros et sa « charmante femme » ont trouvé un moyen intéressant de raviver la flamme dans leur couple : en zigouillant des jeunes femmes. On suit donc le mari, qui observe avec plus ou moins d’inquiétude l’effet de leurs crimes en série sur leur famille et leur communauté, et sa relation plutôt inquiétante avec sa femme adorée… Vont-ils s’en tirer sans conséquence ?
 

Mon avis

My lovely wifeMalgré le contexte vu et revu (pitié, il y a autre chose au monde que les banlieues aisées américaines!!!), j’ai trouvé le concept relativement original. Le livre peut être dérangeant par moment, en particulier puisqu’on ne sait pas si on souhaite que le héros s’en sorte ou non, mais aussi par rapport aux actions que l’on vit à travers le personnage. Heureusement, il n’y a aucun moment trop gore ou violent, rassurez-vous aucune description de torture sur les victimes ou quoi que ce soit de semblable. Malgré tout, rien que de suivre le héros espionner une jeune femme a suffi à me mettre mal à l’aise. Je n’avais pas vraiment vu venir le twist de fin par contre, j’avais tellement anticipé une des révélations que j’étais presque persuadée de m’être trompée alors qu’elle s’est révélée absolument exacte. Globalement plutôt un bon livre avec du suspense, mais je n’ai pas non plus été complètement transportée. Compétent, sans plus, en résumé.
 
 

Last Tang Standing

Une romance/comédie de Lauren Ho
 

L’histoire

Andrea Tang, brillante avocate d’origine chinoise, est sur le point de décrocher le titre d’associée dans sa prestigieuse firme légale singapourienne. Pourtant d’après sa mère et le reste de sa famille étendue, sa vie est un échec puisqu’à l’âge avancé de 33 ans, elle n’a pas encore réussi à trouver un mari… Pour ne pas être la dernière Tang célibataire et échapper au courroux de sa famille, elle essaie par tous les moyens de trouver un mari, tout en tenant à distance son collègue, le séduisant Suresh, qui cherche lui aussi à décrocher la place d’associé…
 

Mon avis

Last Tang standingIl y a quelques temps, je disais que je ne lisais presque jamais de romance à cause de vilains préjugés dont j’espérais me débarrasser en lisant des spécimens de meilleure qualité que les clichés qu’on voit tout le temps. Et bien c’est le livre que j’attendais ! Une de mes lectures favorites des derniers mois, déjà parce qu’elle m’a plongée dans un monde et une culture que je ne connais absolument pas : à la fois l’univers des cabinets d’avocats internationaux, ultra-compétitifs et à la limite de l’esclavage, et la culture chinoise et malaisienne à Singapour. En plus de ça, Lauren Ho est incroyablement drôle et elle parvient à créer une héroïne très crédible dans ses échecs, ses doutes et son affection. À aucun moment, je ne me suis énervée parce que les héros étaient séparés par une quiproquo artificiel ou une dispute sans fondement. Si la romance ressemble à ça, donnez m’en plus, please^^.
 
 

Est-ce que vous avez lu un de ces livres ? Est-ce que l’un d’eux vous fait de l’oeil ? Que pensez-vous de ce format de critiques ? Dites-nous tout !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.