Flash fiction

Haïku : évoquer une image en 17 syllabes

En créant ce blog, j’avais envisagé de partager quelques textes avec vous. Mais paradoxalement pour quelqu’un qui adore lire comme moi, je n’aime pas tant que ça lire des extraits sur Internet. Je pense que c’est une question de format, je préfère m’investir sur le long terme dans un roman plutôt que dans un texte sur un écran entre deux vidéos Youtube.

Par contre, j’ai été séduite par l’exercice du drabble proposé par Astrid de l’Astre et la Plume…

Je vous propose donc le top du top du texte court pour ceux qui comme moi ont environ 15 secondes d’attention sur internet : le haïku ! Et un drabble (100 mots), pour comparer les formats.

Haïkus

Petite révision

Le haïku est un type de poème extrêmement bref issu de la tradition littéraire japonaise.

Un haïku est composé de 17 mores*, découpé en trois segments : 5-7-5.

Le haïku comporte généralement une notion de saison, et une césure.

Pour les plus curieux, je conseille ce site, qui contient une tonne de règles et d’explications sur les types de haïkus, c’est passionnant.

Je vous préviens tout de suite, mes haïkus ne respectent pas strictement les règles. En français, on est censés comptabiliser les syllabes plutôt que les mores, et je n’ai pas respecté strictement la découpe. Je ne sais même pas compter correctement les syllabes, j’ai préféré me concentrer sur le fait de conserver le rythme.

J’ai aussi ajouté des titres, je ne crois pas que ce soit habituel, mais ça fait plus joli, et c’est plus amusant.

Ce que j’apprécie particulièrement dans cet exercice, c’est l’effort d’évoquer une image en si peu de mots. J’espère y avoir réussi, je vous laisse juger… (en tout cas, je me suis bien amusée).

 

Mes haïkus

Les arbres me manquent
Lueur du soir
Souffle dans les frondaisons
Pluie d’or
 
Le désespoir de la banlieusarde
Colis abandonné
Corps pressés contre la vitre
C’est la rentrée
 
Un midi à Châtelet
Une frite jetée
Négligemment sur la pelouse 
Nuée de pigeons
 
L’éclosion du lotus
Perle de rosée
Au pétale suspendue
Larme de joie
 
Le thermomètre à poils
Premiers frissons
En ronronnant le chat grimpe
Sur mes genoux
 
Le thermomètre à poils (version drabble)
Il miaule. Miaulement désespéré, déchirant. Je sais ce qu’il veut. La température s’est rafraichie. Ce matin, une feuille orange est tombée paresseusement devant la fenêtre. L’automne est là.
– Non Khéops, pas maintenant, protesté-je faiblement.
Nouveau miaulement. Il saute sur mon bureau, passe et repasse trois fois entre l’écran et moi.
– J’ai mal au dos et je dois travailler !
Je ne sais pas pourquoi je me justifie. Je l’écarte et retourne à mes lignes de code. Il s’allonge sur le bureau, à côté de ma tasse de thé. Il tend la patte.
Je soupire et tapote mes genoux.
–Tu as gagné, démon.

 

Et vous, vous pratiquez les haïkus ? Les drabbles ? D’autres formats courts ? Faites-nous partager !

 

2 réflexions au sujet de “Haïku : évoquer une image en 17 syllabes”

  1. Merci pour le tag !
    Je suis comme toi, en fait je n’aime pas trop lire des textes sur internet (sauf des fanfictions … mais quand je vais sur des sites dédiés). Mais j’ai beaucoup aimé tes haikus 🙂 qui aurait cru qu’on pouvait faire de la poésie sur le métro bondé haha

    1. Merci ! Je crois que je referais des haïkus sur les transports. Je suis sûre que ça peut être super thérapeutique en attendant un train qui n’arrive pas, au lieu de s’énerver^^.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.